CA du PRES du 17 décembre : élection du Président = parodie de démocratie

Lors du dernier CA du PRES du 17 décembre, M. Bertrand Girard, « personnalité extérieure » à la région vient d’être élu Président du PRES de Grenoble à l’unanimité … des personnes qui ont voté.

Les élus CGT, FSU et SUD ont décidé de ne pas prendre part au vote.

Cette élection a été une fois de plus la démonstration que les PRES/EPCS sont des lieux où la démocratie est piétinée à l’envie, et que celui de Grenoble ne fait hélas pas exception :
• La décision de recruter un nouveau président n’a pas fait objet d’un débat en CA du PRES : en particulier nous n’avons pas discuté de ce recrutement au regard du devenir du PRES, de ses missions (autre que les projets du plan campus) et de son organisation dans la perspective de la construction de l’Université de Grenoble Alpes ; en particulier, le choix d’un recrutement externe n’est pas justifié si nous attribuons au PRES une mission d’appui opérationnel. Si nous voulons que le débat ait lieu dans les établissements qui s’engagent dans le processus de rapprochement, que le travail collectif s’enclenche, alors nous avons besoin d’un soutien technique et organisationnel pour avancer, c’est-à-dire d’une direction exécutive renforcée et pas d’un président supplémentaire, quelles que puissent être ses qualités. Nous ne croyons pas à l’homme providentiel qui réalisera en 6 mois ce qui ne s’est pas fait en 6 ans.
• la décision de recrutement externe prise, le CA du PRES n’a pas eu à connaître des missions qui devaient être confiées au futur Président : suivre la mise en œuvre du plan campus ? autre chose ?
• le processus de recrutement a été opaque de bout en bout : tous les conseils des établissements n’ont pas été consultés et leurs questions sont restées sans réponse.
• Tout ce processus a été le fait des seuls Présidents des établissements membres fondateurs du PRES, et à eu pour conséquence une candidature unique à la Présidence du PRES. Nous ne pouvons accepter le fait que l’entente entre les équipes dirigeantes se manifeste en cercle fermé et sans aucune concertation.

Ce dossier une fois de plus confirme le fonctionnement anti-démocratique du PRES/EPCS et la politique du fait accompli. Notre refus d’un mode de fonctionnement qui nous conduit à l’échec et qui ne respecte pas les prérogatives des conseils des établissements et des administrateurs élus du PRES nous a naturellement conduit à ne pas participer au vote de l’élection du Président du PRES.

À l’opposé de ce fonctionnement, les élus représentants du personnel au CA du PRES demandent l’instauration d’un véritable dialogue social sur les sites de l’académie. C’est à travers les réunions régulières en inter CT et inter CA et des groupes de travail thématiques largement ouverts qui ne se contentent pas de valider ce qui aura été élaboré dans des cénacles réservés, que l’ensemble de la communauté universitaire pourra enfin s’emparer de cette question, et faire de la réflexion sur l’Université unique une véritable dynamique collective. Nous rappelons que, contrairement à ce que certaines déclarations officielles pourraient laisser entendre, à cette heure rien n’est décidé sur les statuts ou le périmètre de ce futur établissement.
Nos organisations syndicales s’investiront dans ce dialogue, pour défendre l’intérêt des personnels et des étudiants, et le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.