Précisions sur le CA du 13 décembre

Communiqué des élus ESPER suite au CA du 13 décembre

Suite aux demandes d’information des personnels, les élus de la liste ESPER du SNESUP et de la CGT au CA apportent quelques précisions sur les points suivants :

: Le budget prévisionnel pour l’année 2012 prévoit notamment une constriction de 2% demandée à toute l’université (hors masse salariale) ainsi qu’un gel jusqu’à septembre de l’ensemble des postes en raison de l’actuelle rigueur ; il a été adopté par 17 pour, 2 contre, 3 abstentions. A la suite de ce vote les organisations UNEF, SNESUP et CGT ont présenté une motion (ci-jointe). Le président s’est abstenu avec d’autres conseillers, au motif que « la mise en concurrence généralisée des établissements » serait profitable à l’Université de Savoie si les outils de comparaison avec les autres établissements mieux dotés servaient à répartir le budget ministériel. N’ayant pas le même avis, les élus UNEF-SNESUP-CGT ont maintenu la version initiale, qui a été adoptée par le conseil d’administration à la majorité de ses membres présents et représentés.

: Initiatives d’Excellence en Formations Innovantes (IDEFI) : prévu originellement en point 8 dans l’ordre du jour mais déplacé par le président. Les membres du conseil d’administration sont à nouveau informés par les syndicats (qui la distribuent en séance) de la motion votée en CEVU déjà communiquée aux personnels. Malgré l’accord assez largement partagé par les membres du CA à cet appel et a contrario du vote par le CEVU demandant à ce que l’Université de Savoie ne participe pas à l’appel à projets IDEFI, la Présidence décide de s’engager sur le dispositif. Il n’y aura pas de vote (voir le communiqué des élus ESPER au CEVU).

3 : Après un nouveau vote de principe sur le passage en CDI approuvé à l’unanimité on passe au vote sur la manière de le financer. Une pétition ayant recueilli plus de 190 signatures est remise en séance au président. Le CT s’est exprimé à l’unanimité contre le principe de financer la mesure en la faisant payer au personnel par le biais des non remplacements en cas de maladie et de maternité. Le CT propose également à l’unanimité un financement s’appuyant sur la baisse de la PES en ramenant celle des PR qui la touchaient au niveau de celle des MDC. Malgré ces avis, ainsi qu’une discussion des conseillers allant plus loin et indiquant qu’ils étaient favorables à la suppression de la PES ou à un financement alternatif, le président maintiendra son projet (40 000 euros sur les remplacements et 40 000 euros par un prélèvement de 0,15% mutualisé sur l’ensemble de l’UdS). Devant l’impossibilité de faire bouger les lignes, le projet est adopté (19 voix : 14 pour, 4 contre, 1 abstention).

Les élus ESPER au CA Noël Bernard et Guillaume Defrance

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.