RUSF : Angénieux a répondu, Jameux a mieux à faire !

Le collectif savoyard du Réseau Universités Sans Frontières a profité de la période électorale en cours pour poser quelques questions aux candidats à la présidence concernant les étudiants étrangers régulièrement inscrit-e-s à l’Université de Savoie et menacé-e-s d’expulsion.

Angénieux nous a répondu assez rapidement. Par contre, nous attendons toujours la réponse de Jameux. Peut être que les situations d’Ali (depuis 10 ans en France, inscrit en master) et Conception (inscrite en licence, enceinte) tous deux clandestins car sous le coup d’une OQTF sont trop éloignées des réalités de notre cher président !

Voici nos questions :


Monsieur,

Nous somme le collectif savoyard du Réseau Universités Sans Frontières. La création du collectif date de la rentrée 2006. Ce collectif est soutenu par les organisations suivantes : UNEF, Chiche !, LCR jeunes, SNESUP, FSU, MJS, Sud éducation, Sud étudiants, FERC-supCGT. Nous avons comme objectif d’aider les étudiants étrangers régulièrement inscrits à l’Université de Savoie dans leurs démarches administratives notamment lorsque la préfecture ne veut pas leur renouveler leur titre de séjour en cours d’année.

Vous vous êtes déclaré comme candidat à la présidence de l’Université de Savoie. Dans ce cadre, nous voudrions connaître votre position sur les deux points principaux suivants :

Si vous êtes élu président de l’Université de Savoie, vous engageriez vous à :

  • délivrer les cartes d’étudiant, attestations d’inscription et certificats de scolarité sans aucune condition portant sur le titre de séjour des étudiants étrangers ?
  • soutenir un étudiant régulièrement inscrit à l’Université de Savoie s’il rencontre, au cours de l’année universitaire, des difficultés liées à son titre de séjour avec les services préfectoraux et les services de police ?

Merci d’avance pour vos réponses,


Et les réponses d’Angénieux dans leur intégralité :


Bonjour,

Merci pour votre message, veuillez m’excuser pour cette réponse un peu différée.

Il me semble que vous posez plus particulièrement le problème des renouvellement d’inscription.
En effet pour une première inscription, à ma connaissance, un étudiant étranger peut prétendre à une carte de séjour (nécessaire par ailleurs) dès lors qu’il remplit les conditions d’admission dans la formation (y compris un seuil de ressources et de maîtrise de la langue). Cela n’empêche malheureusement pas la complication administrative qu’il faut essayer de réduire en travaillant plus étroitement avec la préfecture, mais il me semble que les problèmes de renouvellement sont peut être plus difficiles, et c’est probablement à ceux ci que vous faites allusion. Ma réponse est très claire :
A partir du moment où l’université a accueilli un étudiant (qu’il soit étranger ou non) elle prend une forme d’engagement moral vis à vis ce ce dernier. Dans la mesure où cet étudiant suit normalement sa formation la moindre des choses est de le soutenir, par exemple en facilitant le renouvellement de son titre de séjour (mais pas seulement). Là aussi des relations plus étroites avec la préfecture pourront probablement améliorer l’efficacité d’une action. Dans cette optique un couplage avec le « guichet unique » (GUIDE) est à étudier sérieusement, même si cela ne dépend pas exclusivement de l’université.
Concernant les documents officiels, l’université doit bien évidemment délivrer une attestation d’inscription ou un certificat de scolarité à tout étudiant inscrit régulièrement, suivant normalement sa formation, ceci sans aucune condition. Cela vaut bien sûr pour des étudiants étrangers.

J’espère avoir ainsi répondu à vos questions.

Meilleures salutations

Gilbert Angenieux

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.