CR du CEVU du mardi 27 avril 2010

CR du CEVU de mardi 27/04, qui a duré 4 heures.

Le Président et le VP CEVU étaient plus détendus que lors des dernières réunions : grâce aux nouveaux élus étudiants, présents en nombre (7), le quorum a pu être atteint pour la première fois depuis des mois (avec plusieurs procurations : il n’y avait que 7 élus du personnel présents).

Les élus étudiants UNEF (4) et Conf’ Etudiante (1) ont été élus à l’unanimité dans les différentes commissions du CEVU. La présidence a eu plus de mal pour qu’un candidat se présente comme VP étudiant : l’idée de faire partie de l’équipe présidentielle et donc de devoir en assumer, même à son corps défendant, toute la politique n’a pas séduit l’UNEF. Gilles Galiba (Conf’ Etudiante), unique candidat, a été élu (16 pour, 2 contre, 4 abstentions ou blancs).

Le CEVU a examiné les primes de responsabilité pédagogique (PRP), c’est à dire les décharges de service (équivalences horaires) attribuées pour les directions de filière, de département, encadrement de stages, etc…. Les fourchettes horaires proposées ont été établies à partir des remontées des composantes, et l’horaire exact pour chaque responsabilité est du ressort de la composante. Ces PRP ont été adoptées à l’unanimité.

Des informations ont été données sur
- l’admission post-bac : 5 800 voeux formulés par les lycéens au 02/04, contre 4 200 et 4 900 en 2008 et 2009. Mais les lycéens, qui peuvent formuler 36 voeux, en ont formulés en moyenne 4 en 2008 et 5 en 2009, et l’augmentation de 19 % du nombre de voeux cette année résulte probablement encore de cette hausse du nombre moyen de voeux.
- la campagne d’inscription 2010 : les étudiants pourront payer leur inscription en fractionnant (en 3 fois; pas de frais si paiement par CB, au contraire d’un prélèvement automatique).

Les évaluations de l’AERES sur l’offre de formation Licence et Master de l’UdS ont été présentées : A globalement pour les Licences, 9 A et 11 B pour les mentions de Master, 26 A, 19 B et 4 C pour les spécialités de master. Le Président considère que, dans ce bilan positif, la principale faiblesse des masters tient à un pilotage insuffisant des mentions, qui regrouperaient pour certaines des spécialités sans relations entre elles.

Le CEVU a examiné les tarifs du SUFCEP (service de formation continue) pour l’an prochain (1200 inscrits en tout en 2009-10). Les formations diplômantes sont facturées sur la base des coûts environnés (le SUFCEP n’a pas le droit de faire de bénéfices), et ces coûts (1 800 à 4 000 € selon la formation, généralement sanctionnées par un DU) sont pris en charge par l’employeur.
La préparation au DAEU (équivalence du baccalauréat, une cinquantaine d’inscrits par an) peut coûter jusqu’à 400 € à des personnes qui, souvent, ont des revenus réduits. Face à cette sélection par l’argent, l’UdS (le président) ne peut qu’exempter de droits d’inscription quelques candidats… De cette absence de politique de l’Etat en faveur de la formation continue résulte également le montant très élevé de l’inscription d’une personne qui reprend des études après plus de deux ans d’interruption, faute d’un financement de l’Etat : 500 €/an pour une licence, 1200 €/an pour un master ! Là encore, sélection sociale à la clé.
Ces tarifs du SUFCEP ont malgré tout été adoptés à l’unanimité.

En revanche, les droits d’inscription aux diplômes non-habilités (essentiellement des DU) ont été adoptés avec 2 contre et 5 abstentions : pouvant s’élever jusqu’à 3 500 €, ils sont une brèche majeure dans un service public de l’enseignement supérieur qui doit permettre l’accès le plus large à tous les étudiants, français ou étrangers (car nombre de ces DU ciblent ces derniers). Et si ces formations diplomantes sont utiles, nécessaires et de qualité, pourquoi ne seraient-elles pas habilitées comme les autres ?

Les propositions de la commission pédagogique sur les capacités d’accueil des filières sélectives (pas de changements par rapport à 2009-10) ont été votées à l’unanimité.

Enfin, après l’adoption du prochain calendrier universitaire, la fermeture des L2 Philo et L3 LISEN à la rentrée 2010 ont été actées, avec 7 abstentions.

Rédigé par Philip DELINE, élu ESPER-SNESUP au CEVU.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.